28/06/17 – Russie : vers le blocage des médias étrangers ?

Le Conseil de la Fédération a précisé, le 28 juin, le concept de « l'ingérence dans les affaires intérieures d'un Etat souverain », annonçant s’apprêter à prendre des mesures face à menaces, réelles ou supposées telles. Selon Andrei Klimov, vice-président du Comité des relations internationales, l’une des réponses envisagées pourrait être le « blocage » de médias étrangers qui font « de la propagande » pour un candidat en particulier lors d’une élection en Russie. Un « organisme habilité » sera chargé d’en décider.

Selon la sénatrice Ludmila Bokova en charge de la proposition « il serait logique d’exiger des médias étrangers [qui couvrent une campagne électorale en Russie ndlr] des renseignements supplémentaires ou de les soumettre à la loi fédérale concernant les agents de l’étranger ».

Depuis le 14 juin, Une commission de « protection de la souveraineté de l'Etat » est déjà chargée de « surveiller l’influence étrangère et des organisations internationales » actives dans les sphères politiques, économiques ou culturelles. Présidée par Andrei Klimov et composée de 10 sénateurs, cette commission rédigera un « livre noir » des menaces auxquelles doit faire face la Russie.

La présidente du Conseil de la Fédération, Valentina Matvienko et Andrei Klimov justifient ces initiatives comme des réponses aux déclarations de parlementaires américains qui ont largement mis en cause l’influence de Russia Today dans le déroulé de la présidentielle américaine de 2016. Influence jugée « imaginaire » par la présidente du Conseil de la Fédération.

En Russie la législation est déjà stricte en ce qui concerne l’exercice des médias nationaux et étrangers. La part étrangère dans le capital des grands médias est par exemple limitée à 20%.

 

Sources : https://www.vedomosti.ru/politics/articles/2017/06/29/700933-komissiya-inostrannim-vmeshatelstvom

http://www.rbc.ru/newspaper/2017/06/29/5953cd2c9a794745aa375b4c